E-CALM

Ecritures scolaires : Corpus, Analyses Linguistiques, Modélisations didactiques

Résumé du projet

Facteur déterminant de la réussite scolaire et universitaire comme de l’intégration sociale en France, le rapport à l’écrit reste à explorer du point de vue des compétences en acte des scripteurs, des aspects linguistiques de leurs productions et des facteurs contextuels qui les contraignent. Demeurent également mal connus l’évaluation des écrits par les enseignants et les liens entre leurs interventions sur les copies et les corrections/réécritures de leurs textes par les élèves et étudiants. Quelles compétences linguistiques ces scripteurs manifestent-ils dans leurs textes et leurs brouillons, selon leur âge et les caractéristiques de leur milieu ? Quel rôle jouent les attentes enseignantes dans ces manifestations ? Comment outiller les enseignants afin que leurs interventions sur les copies deviennent des outils d’aide à l’écriture ? C’est à ces questions qu’entend répondre cette recherche pluridisciplinaire, qui réunit des spécialistes de sociologie du langage, de linguistique de corpus, d’analyse textuelle outillée et de didactique de l’écriture. À partir d’un corpus d’écrits d’élèves et d’étudiants que le projet rendra accessible en open access, il s’agit de caractériser certaines compétences scripturales (orthographe et cohérence textuelle) et de mieux comprendre la manière dont les enseignants, par leurs interventions sur les copies, orientent l’écriture, afin d’étayer l’accompagnement de la réécriture de l’école à l’université.

Le travail vise trois objectifs :

  • structurer et mettre à disposition de la communauté scientifique un vaste corpus d’écrits d’élèves et d’étudiants permettant des analyses quantitatives et des traitements automatiques ;
  • caractériser ces écrits et les attentes des enseignants du point de vue de l’acquisition de l’orthographe et de la cohérence, dans des analyses sociologiquement contextualisées ;
  • étudier les modalités d’écriture dans les avant-textes (plans, notes, brouillons) et les textes, notamment à travers l’influence réciproque des écrits remis et des interventions des enseignants sur les copies.

La satisfaction de ces objectifs nécessitera un double travail linguistique et technologique d’envergure, qui conduira à produire les livrables suivants :

  • mise à disposition du corpus et de l’ensemble de ses enrichissements ; • création de modules d’investigation adaptés au corpus et aux requêtes associées ;
  • méthode d’annotation adaptée aux spécificités des écrits d’élèves, assortie de guides de bonnes pratiques pour le recueil et le traitement des données ;
  • description des compétences scripturales (morphographie et cohérence/cohésion) par niveau scolaire/universitaire en relation avec des variables contextuelles ;
  • préconisations autour du geste professionnel de la correction de copie.