II.3.4 Tâche 4 – Analyse des interventions écrites des enseignants sur les écrits des élèves

Responsable : E. Bautier (CIRCEFT)
Partenaires : CIRCEFT (E. Vinel, P. Richard-Principalli, C. Delarue-Breton), CLESTHIA (C. Doquet, S. Akesbi), CLLE (C. Garcia-Debanc, C. Dompmartin), LIDILEM (M.-P. Jacques, F. Rinck)
Période : mois 6-34
Livrables : 1/ Plusieurs typologies des interventions en fonction d’une pluralité de variables (pédagogiques, didactiques, sociologiques), 2/ Établissement de corrélations entre des types d’interventions et des niveaux du cursus, des contextes sociaux des établissements, des genres d’écrits et des états successifs des textes, 3/ Analyses des normes implicites mobilisées par les correcteurs, 4/ Synthèse des modalités de réception des interventions par les élèves et les étudiants.
Objectif : décrire systématiquement les interventions des enseignants sur les copies et leurs conséquences sur la réécriture des élèves, selon le contexte et le type d’intervention.
Justification de la tâche :
Les interventions écrites des enseignants sur les productions des élèves et des étudiants n’ont guère fait l’objet d’études extensives. Au demeurant, leur analyse est importante car non seulement elles sont très diverses (en fonction des niveaux de scolarité et du contexte social, de la nature des erreurs signalées) mais elles participent du contrat didactique interprété par les élèves. Certains enseignants signalent simplement une erreur dans la marge des textes, d’autres vont jusqu’à proposer des réécritures. Les uns centrent leurs corrections sur les écarts orthographiques de leurs élèves, d’autres remarquent des phénomènes de cohésion, de macrostructure ou de cohérence énonciative (Charolles 1978 ; Pilorgé 2010 ; Rondelli 2010).
Programme détaillé des travaux :
• T. 4-1 : Typologie des interventions [mois 6-30]
En relation avec la tâche 1, une première typologie des interventions sera effectuée sur les corpus constitués et les nouveaux corpus présentant des interventions (Ecriscol, Littératie avancée) :
– modalités des interventions : soulignements, corrections, commentaires, suggestions de réécriture ;
– moment des interventions : brouillon ou premier jet, étapes intermédiaires, écrit final ;
– identification des différents objets sur lesquels portent les interventions : orthographe, cohésion, cohérence textuelle, réalisation du genre discursif dans le premier jet et dans l’éventuelle réécriture.
Seront ainsi mises en évidence les normes exprimées par ces interventions susceptibles d’influencer les apprentissages des élèves.


• T. 4-2: Élucidation de la réception des interventions des enseignants par les élèves et étudiants et des stratégies de réécriture [mois 23-28]
Un panel d’élèves et d’étudiants de niveaux scolaires et d’origines sociales différenciés sera soumis à des entretiens “ex post” (successivement à l’activité) afin de leur faire expliciter les difficultés rencontrées et leur mode de résolution. Ils seront aussi conduits à commenter les interventions des enseignants sur leurs copies.


• T. 4-3: Mise en relation des interventions et des révisions des textes [mois 29-38]
Sur le corpus des textes ayant fait l’objet d’une réécriture (ou de corrections) par les élèves à différents niveaux du cursus, suite aux interventions enseignantes, une analyse de l’effet de ces dernières sur la réécriture sera effectuée. Il sera ainsi possible de faire des hypothèses sur la fonction d’aide à l’écriture et la réécriture de ces interventions. Sur la partie du corpus ayant fait l’objet d’observations, d’entretiens, de recueils de métadonnées, cette fonction pourra être mise en relation avec les pratiques d’enseignement.